france en face

« La France en face » : un titre moins méprisant que la « France d’en bas » qui est aussi le nom du documentaire diffusé ce mardi sur France 3. Il révèle la France des oubliés de la mondialisation, ceux qui ne font pas parler d’eux dans les médias et que les grandes villes ont évincé. Car si les 25 métropoles régionales concentrent 80% du PIB grâce aux secteurs des médias, de la communication ou des banques, ce sont 60% d’ouvriers et d’employés qui vivent sur le reste du territoire.

Cette zone de fragilités sociales est la plus touchée par le chômage parce que le secteur paysan a été concurrencé par les grandes exploitations agricoles et parce que le manque d’infrastructures ne permet pas d’attirer les entreprises. Aujourd'hui, pour 12 à 15 millions de personnes, les fins de mois se jouent de 50 à 150 euros près. Malgré tout, la plupart ne perdent pas l’espoir de retrouver un emploi, une situation. Et puisque le monde professionnel ne les attend pas, certains entreprennent eux-mêmes avec force et malgré les embuches.

Ce film permet de mieux comprendre le malaise économique, politique et démocratique d'un pays en souffrance. Un pays qui doit valoriser les efforts de chacun comme pour ces agriculteurs qui, à travers des associations, vendent directement leurs produits aux clients. Il y a aussi ceux qui aimeraient travailler comme ce couple près de Nantes qui survit grâce à un quart de l’ancien salaire du mari. Les plus enthousiastes investissent dans des projets comme cette jeune fille de Montpellier qui espère ouvrir son snack.

La solution est là : dans les initiatives locales qui sont une vraie alternative à la mondialisation. Car qui mieux que les gens d’une ville, d’une région pour connaître l’économie de leur territoire et pour savoir la valoriser. Une économie plus proche des travailleurs et des consommateurs doit être une réponse à la toute-puissance des firmes internationales qui licencient à tour de bras et qui se moquent de la précarité des salariés.

 

Pour vous instruire et voir le docu, cliquez ici!